« Silence observé »

« C’était un silence qui n’avait rien à voir avec l’absence de bruit. »

                                                                                              Krishnamurti

Ici, mon objectif premier, était de peindre un autoportrait non conventionnel, de type théâtral, où les mains, plutôt que le visage seraient mises en évidence.

Comme presque toujours, l’inspiration me vint en rêve. Dans ce rêve, j’allai chercher dans la penderie où je range les tissus qui me servent à draper mes modèles, un voile très grand et très souple, de couleur jaune doré et m’en couvris la tête.

À mon réveil, en consultant un ouvrage sur l’interprétation des rêves, j’ai pu facilement décoder le sens de celui-là. Le fait de se voiler la tête est un message du surmoi qui nous ordonne de nous taire; même si la vérité est de notre côté, il est souvent plus sage, de la garder pour soi. C’est un geste de tolérance. Ici, l’impérativité du silence est amplifiée par la couleur dorée du voile : « le silence est d’or… ».

À propos du titre : j’utilise parfois et à dessein, des titres à double sens. Ici, « observé » peut dériver d’observation (regarder avec attention) ou d’observance (se conformer à une règle de conduite).

 

 D.J.